Mesures, revendications, procès: la problématique de la qualité de l'air à Bruxelles

Écrit le 21 Décembre 2018

En novembre 2018, cinq citoyens bruxellois associés à l’association ClientEarth ont attaqué en justice le gouvernement Bruxellois au tribunal de première instance néérlandophone de Bruxelles. La raison étant le manque de mesures prises par le gouvernement pour améliorer la qualité de l’air bruxellois, qui laisse à désirer. Revenons sur les raisons de cette pollution de l’air bruxellois et sur les démarches entreprises par le mouvement citoyen.

Source

La pollution de l’air: sources et impacts

La pollution de l’air est un mécanisme complexe, dans lequel différents types de polluants interviennent. Les plus importants sont les particules fines (dénommées PM) et les oxydes d’azotes (NOₓ). Les autres polluants incluent l’oxyde de souffre (SO₂) ainsi qu’une trop forte dose d’ozone troposphérique (l’ozone présent à bas niveau). Les sources d’émissions de ces polluants varient. À Bruxelles, d’après un rapport de Bruxelles Environnement, le transport routier représente la moitié des émissions des particules fines et deux tiers des oxydes d’azote. La seconde source majeure de pollution de l’air à Bruxelles est lié à l’aspect résidentiel, particulièrement aux différents moyens de chaufage.

Les grande villes sont particulièrement touchées par la pollution de l’air, car non seulement il y a plus d’émission (plus de transport routier, plus de résidences), mais aussi car les polluants sont moins facilement évacués ou transformés de façon naturelle. Ces phénomènes sont particulièrement dépendant du climat. C’est pour cela que les périodes où le temps est calme en hiver ou en été voient souvent l’apparition de smogs.

D’après un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement, l’exposition aux particules fines présentes dans l’air représente le risque majeur de santé en Europe. Les morts prématurées en Belgique attribuées à la pollution de l’air en 2012 sont de l’ordre de 10.000 morts. La pollution de l’air n’a pas qu’un impact sur la santé des citoyens, mais aussi sur celle des animaux, sur la végétation, les rendements agricoles, la qualité des sols et de l’eau, etc. Les population faibles (enfants et personnes agées) sont les plus touchées par la pollution atmosphérique, et les citoyens sont le plus touchés lorsqu’ils sont dans les transports. Un rapport de Greenpeace étudiant la qualité de l’air dans 222 écoles belges a démontré que la qualité de l’air dans les écoles est assez préoccupante: 3% des écoles ont un air de bonne qualité, tandis que 5 écoles de l’étude dépassaient le seuil légal européen d’oxyde d’azote.

Mesurer la pollution de l’air: les citoyens font leur part

La pollution de l’air étant un mécanisme complexe influencé par de nombreux facteurs, il est important d’avoir des mesures effectuées toute l’année afin de pouvoir juger de la qualité de l’air. La région bruxelloise effectue plusieur mesures de la qualité de l’air, à travers 13 stations fixes de monitoring, qui permettent d’avoir des informations historiques pour un endroit précis, mais sont imprécises et ont le désavantages de ne pas représenter l’exposition d’un citoyen moyen. À cela viennent donc s’ajouter un ensemble de projets de la région qui ont pour but de mesurer la qualité de l’air via des mesures mobiles. Cependant, les moyens de mesures mis en place par la région bruxelloises ont été remis en question par la Commission européenne en 2016.

Pour pallier à ce manque et compléter les données officielles, de nombreuses initiatives privées (AQI, PlumeLabs) et de recherches (Atmosys, Bxl’airBot) et citoyennes (InfluencAir) ont vu ou sont en train de voir le jour.

À Bruxelles, les institutions progressent lentement mais les citoyens se battent

À Bruxelles, dont initiatives officielles sont en place pour diminuer la pollution de l’air: la zone de basse émission, ainsi qu’une série de mesures d’urgences (limite de la vitesse de conduite, limite de température dans les batiments, etc.) activés de façon exceptionnelle en cas de pic de pollution. La zone de basse émission est donc la seule réponse réelle du gouvernement bruxellois face à la pollution de l’air. Cette initiative vise à diminuer le nombre de véhicules polluants à Bruxelles, sans pour autant offrir une offre alternative en terme de transports, et risque donc d’avoir des résultats assez mitigés. Les autres initiatives officielles qui peuvent être liées à la diminution de la pollution de l’air sont la création du piétonnier qui a pour effet indirect de modifier la répartition de la pollution de l’air ainsi que de diminuer la quantité de traffic à Bruxelles, et le dimanche sans voiture, lors duquel il a été observé en 2005 une pollution de l’air 10 fois inférieure à l’habitude au niveau de rue de la Loi, et 112 fois inférieure dans le tunnel Léopold. Il semble donc évident que pour s’attaquer à la pollution de l’air, il est nécessaire de trouver une alternative au tout à la voiture.

Au vu des maigres avancées sur le sujet, la société civile a donc décidé au travers de l’organisation d’avocats environnementaux Client Earth, d’attaquer le gouvernement bruxellois, pour un manque de plan de qualité de l’air adéquat et pour un manque de moyens de mesures et de monitoring des concentrations de polluants dans la ville. Il existe par ailleurs différentes associations à Bruxelles qui défendent la qualité de l’air, que nous listons à la fin de cet article. Notons particulièrement le projet BruxselAir, qui liste 12 revendications pour atteindre une qualité de l’air décente à Bruxelles: redistribuer l’espace public en faveur des modes actifs et des transports publics, accélérer le calendrier de la zone de basses émissions à Bruxelles, simplifier la mobilité partagée, mettre en place un péage urbain, protéger les plus fragiles, s’opposer au projet d’élargissement du ring de Bruxelles, mieux informer la population sur les sources et impacts de la pollution de l’air, se baser sur les normes de qualité de l’air de l’OMS, mettre fin au système des voitures de société, encourager l’émergence de la mobilité électrique, agir sur les batiments, et mener des recherches indépendantes et approfondies.

Pour aller plus loin

Quentin est chercheur en informatique et en tant que citoyen bruxellois s'intéresse aux questions d'urbanisme et de mobilité.